Papoter de tout

vous voulez discutez de tout et de rien en toute simplicité et en toute convivialité, alors rejoignez nous :)

Derniers sujets

» Ah les vacances !
par Happy67 Aujourd'hui à 3:33

» Rendre service... ou pas
par Happy67 Aujourd'hui à 3:26

» Les 4 incommensurables
par Happy67 Aujourd'hui à 3:10

» le post bonjour
par Elia Aujourd'hui à 0:30

» Les films qui vous ont marqués.
par Psycholive Hier à 23:43

» Se diagnostiquer pour se réparer
par Elia Hier à 18:05

» La galère qui nous attend...
par Alicia Hier à 13:43

» Vous feriez quoi, vous ??
par Elia Jeu 19 Avr - 23:33

» Une journée sans rire est une journée de perdue.
par Elia Mar 17 Avr - 17:48

» Ce que nous attendons les uns des autres
par Psycholive Dim 15 Avr - 19:17

» ça y est ! Je m'y suis mis...
par Elia Sam 14 Avr - 16:17

» Positive attitude
par Psycholive Jeu 12 Avr - 0:08

» Les citations...
par Loba Mer 11 Avr - 15:39

» Histoires droles
par Elia Mer 11 Avr - 12:32

» La chanson française et vous
par Loba Sam 7 Avr - 10:00

» Jacques dans les nuages...
par Loba Sam 7 Avr - 10:00

» Musique pop anglo-saxonne, électronique, trance, new-age…
par Happy67 Sam 7 Avr - 5:36

» Les sites et guides d'interprétation des rêves, on croit rêver !
par Psycholive Ven 6 Avr - 21:22

» Un ti cadeau pour ....
par Elia Jeu 5 Avr - 22:40

» Le travail, ce n'est pas la santé. Surtout à partir de 40 ans.
par Elia Mar 3 Avr - 14:47

» La cohérence cardiaque
par Psycholive Lun 2 Avr - 22:49

» Le génie de Queen (et Freddie Mercury)
par Ringo94 Jeu 29 Mar - 22:43

» Le syndrome de Diogène
par Loba Mer 28 Mar - 19:49

» Chez Dosette !
par Loba Mar 27 Mar - 21:35

» Oiseaux en danger
par Elia Lun 26 Mar - 23:43

» Et ça recommence...
par Norma Ven 23 Mar - 21:26

» le carnet de guerre de Jean François Marin, disparu le 28 août 1914.
par Ringo94 Jeu 22 Mar - 22:12

» Si vous voyez souvent les mêmes chiffres, voici ce que cela signifie – ce n’est pas une coïncidence
par Norma Mer 21 Mar - 19:18

» Magnifique vidéo : eux n'ont pas froid !
par Elia Mer 21 Mar - 16:37

» hello! :)
par Loba Mar 20 Mar - 20:11

» 20 choses extraordinaires que vous ignorez
par Psycholive Mar 20 Mar - 14:47

» PASSION MAQUETTES :mes premiers dioramas 2ème G.M.
par Elia Lun 19 Mar - 23:42

» La solitude
par Norma Lun 19 Mar - 20:48

» Mon nom est Happy et ceci est mon monde...
par Loba Lun 19 Mar - 19:18

» Réglement du forum
par jean-pierre Sam 17 Mar - 20:22

» Voyager !
par Loba Sam 17 Mar - 11:17

» Stephen Hawking nous a quitté
par Candy Ven 16 Mar - 21:46

» You know what ? I'm HAPPY
par Loba Ven 16 Mar - 19:28

» J'aime pas les blancs... Et vous ?
par Elia Jeu 15 Mar - 1:37

» L'apprentissage des langues en France
par Ringo94 Mer 14 Mar - 23:03

Nos partenaires


Six mois après les attentats de Paris, la vie brisée de la mère d'une victime du Bataclan

Partagez
avatar
Sam
Membres
Membres

Messages : 257
Date d'inscription : 29/04/2016

Six mois après les attentats de Paris, la vie brisée de la mère d'une victime du Bataclan

Message par Sam le Ven 13 Mai - 9:30

«Je n’ai pas réussi à enlever son pyjama de la salle de bain. Alors je l’ai laissé là». Six mois après les attentats du 13 novembre, qui ont fait 130 morts dont Precilia, tombée au Bataclan, Patricia Correia continue d’«entendre la voix» de sa fille unique.

http://www.leprogres.fr/france-monde/2016/05/11/six-mois-apres-les-attentats-de-paris-la-vie-brisee-de-la-mere-d-une-victime-du-bataclan

Ce doit être terrible de perdre son enfant, je ne comprends pas qu'on puisse y survivre. Pensez vous que l'aide psychologique puisse être suffisante pour accepter l'inacceptable ?
avatar
Happy67
Admin
Admin

Messages : 5791
Date d'inscription : 27/06/2015

Re: Six mois après les attentats de Paris, la vie brisée de la mère d'une victime du Bataclan

Message par Happy67 le Ven 13 Mai - 9:48

@Sam a écrit:«Je n’ai pas réussi à enlever son pyjama de la salle de bain. Alors je l’ai laissé là». Six mois après les attentats du 13 novembre, qui ont fait 130 morts dont Precilia, tombée au Bataclan, Patricia Correia continue d’«entendre la voix» de sa fille unique. Ce doit être terrible de perdre son enfant, je ne comprends pas qu'on puisse y survivre. Pensez vous que l'aide psychologique puisse être suffisante pour accepter l'inacceptable ?

Suffisante, je ne sais pas mais indispensable, oui. Le deuil est un long chemin. Ici s'y ajoute la colère. La rémission semble difficile. Est-il nécessaire d'accepter l'inacceptable pour se relever et continuer à vivre ?

avatar
Happy67
Admin
Admin

Messages : 5791
Date d'inscription : 27/06/2015

Re: Six mois après les attentats de Paris, la vie brisée de la mère d'une victime du Bataclan

Message par Happy67 le Ven 13 Mai - 9:56

«C’est son souvenir qui remplit mon existence». Désormais Precilia est dans le plus bel endroit qui soit : le cœur de sa mère...
avatar
Psycholive
Champion de Papotage
Champion de Papotage

Messages : 3961
Date d'inscription : 05/11/2015
Age : 50
Localisation : Avignon

Re: Six mois après les attentats de Paris, la vie brisée de la mère d'une victime du Bataclan

Message par Psycholive le Ven 13 Mai - 15:16

C'est très joli Happy...

Je suis toujours très touché par cette situation, la perte d'un être cher est une chose fort douloureuse, que chacun va vivre selon son rythme, et sa personnalité. C'est très individuel, et aucune situation ne ressemble à une autre en l'occurrence, même si, bien sûr, on retrouve un peu les mêmes "processus" psychologiques impliqués.

Il est vrai que ce n'est pas très joli de parler de "processus de deuil", mais c'est ainsi que les psys nomment la chose. On pense souvent, à tort, que ce "processus de deuil" est une chose qui se fait dans un ordre précis et sur une durée relativement déterminée, ce qui est faux ! En réalité les personnes ne vont pas forcément traverser cela au même rythme et dans le même ordre affectif ; par exemple certaines personnes éprouvent rapidement de la colère quand d'autres vont éprouver du déni, là où certaines personnes vont être dépressives durant des années d'autres vont demeurer dans une phase plus "antérieure", conformément aux "phases" explorées dans l'étude de ce processus.

En gros, tant que la personne n'a pas atteint le stade où elle peut vivre avec cette idée sans retomber dans des souffrances psychologiques importantes on peut considérer qu'elle n'est pas vraiment sortie de ce processus.

Mais je trouve que c'est Happy qui le formule le mieux... Wink
avatar
Happy67
Admin
Admin

Messages : 5791
Date d'inscription : 27/06/2015

Re: Six mois après les attentats de Paris, la vie brisée de la mère d'une victime du Bataclan

Message par Happy67 le Ven 13 Mai - 15:28

@Psycholive a écrit:... Mais je trouve que c'est Happy qui le formule le mieux... Wink

J'ai testé malgré moi...

Olive, quelles paroles réconfortantes dirais-tu à cette maman et en général aux personnes ayant perdu un proche ?
avatar
Norma
Admin
Admin

Messages : 6936
Date d'inscription : 12/02/2015
Age : 42

Re: Six mois après les attentats de Paris, la vie brisée de la mère d'une victime du Bataclan

Message par Norma le Ven 13 Mai - 18:03

je pense que c'est ce qui peut arriver de pire à des parents de perdre un enfant, perso, je pense je ne pourrais me remettre d'une chose pareille et je pense que je ne pourrais meme y survivre, peut etre que je pense comme ça car j'en ai qu'un


_________________
avatar
Happy67
Admin
Admin

Messages : 5791
Date d'inscription : 27/06/2015

Re: Six mois après les attentats de Paris, la vie brisée de la mère d'une victime du Bataclan

Message par Happy67 le Ven 13 Mai - 18:15

Perdre son enfant dans un accident, à cause d'un attentat ou d'une maladie, c'est affreux. Mais lorsque l'enfant se suicide, la culpabilité des parents est insurmontable.
avatar
Norma
Admin
Admin

Messages : 6936
Date d'inscription : 12/02/2015
Age : 42

Re: Six mois après les attentats de Paris, la vie brisée de la mère d'une victime du Bataclan

Message par Norma le Ven 13 Mai - 18:39

en effet happy je pense que les parents doivent se dire mais pourquoi ils ont pas pu empéché ça


_________________
avatar
Psycholive
Champion de Papotage
Champion de Papotage

Messages : 3961
Date d'inscription : 05/11/2015
Age : 50
Localisation : Avignon

Re: Six mois après les attentats de Paris, la vie brisée de la mère d'une victime du Bataclan

Message par Psycholive le Ven 13 Mai - 23:54

Le fait de culpabiliser est assez normal en de telles circonstances, c'est fréquent...

Ce que je dirais Happy ?
D'abord, il faut savoir qu'il est essentiel d'accompagner la personne dans ce qu'elle ressent, de ne pas chercher à être directif avec elle, il faut qu'elle vive ce qu'elle vit, c'est naturel et indispensable. Son chagrin est unique, il lui appartient, et nul ne peut le ressentir à sa place... Par exemple il ne faut jamais dire : "Je sais ce que tu ressens", parce que c'est faux ! On ne peut savoir ce que ressent vraiment quelqu'un dans ces cas-là, donc il convient de l'accompagner dans la sphère de ses propres ressentis.

Un très bon article pour comprendre ce qui peut se passer dans ces moments-là :
http://www.psychologies.com/Moi/Epreuves/Deuil/Articles-et-Dossiers/La-mort-pourquoi-il-faut-en-parler/Comment-partager-un-deuil

Les paroles doivent laisser la personne libre de vivre sa peine à son rythme, et de se consolider en s'étayant sur des mots nourriciers. Le deuil n'est ni un oubli ni une preuve d'indifférence, c'est un état de vie, qui respecte et intègre la mémoire de l'être cher qui n'est plus. Le drame c'est lorsqu'une personne n'est plus apte à traverser ce "travail", il arrive qu'elle sombre dans la pathologie mentale, pour x raisons, et là il est clair que ce "travail" ne se fait plus aussi facilement.
Je pense qu'il faut manifester son amour, sa proximité, son acceptation du chagrin de l'autre, et lui faire confiance, sans forcément utiliser beaucoup de mots !

Contenu sponsorisé

Re: Six mois après les attentats de Paris, la vie brisée de la mère d'une victime du Bataclan

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Sam 21 Avr - 8:06